L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Echos du Massif Jurassien Le céramiste Jean-Pierre Segura se modèle

  • Bande-Annonce
  • Bande-Annonce
  • Jean-Pierre Segura au milieu de ses poteries
  • Félix le chat
  • Un nid d’oiseaux
  • Renard Roux sous des photos de Patrick Lançon
  • Photo à l’œil
  • Belettes Raku et en terre engobée
Le Caveau des artistes en mode terre cuite...

Le Caveau des artistes de Saint-Claude accueille durant tout le mois de novembre les œuvres du céramiste et plasticien Jean-Pierre Segura, actuel Président de l’association des Arts Plastiques du Haut Jura. L’artiste a vécu dans le Cher, à Henrichemont La Borne, haut lieu emblématique et incontournable de la scène céramique avec son Centre d’Art Contemporain. San claudien depuis trois années, afin d’y suivre sa fille, il a découvert l’art de la poterie à sa majorité. Et au fil des ans, il transforme, façonne avec ses mains, la terre, puis le bois et le fer, pour sculpter hommes, femmes et animaux en tout genre, dont chevaux, ours, renards, poules, oiseaux... Il s’agit donc d’une exposition nature et bestiaire à découvrir dans les salles voûtées du Caveau. Pour l’accompagner, le local Patrick Lançon, photographe amateur présente quelques-unes de ses photos, dont la ville de Saint-Claude est la principale source d’inspiration. Au cours d’une vie de 50 ans dans son «Cher département», Jean-Pierre Segura a perfectionné son art en faisant des stages, mais surtout en côtoyant de nombreux artistes au sein du Centre de La Borne. Puis, il a donné des cours dans une maison de jeunes, qu’il a géré. La poterie, la céramique, travailler la terre, c’est son ADN.



Modes et techniques



La céramique artistiqueest l'art de créer un type de céramique fabriquée à partir de matériaux comme l'argile à laquelle on donne une « forme artistique », des carreaux de céramique, des figurines, des sculptures, ou même de la vaisselle. Sa terre, Jean-Pierre Segura l’a faite lui-même en plaques, qu’il retravaille et façonne ensuite selon certains mélanges, dont il a le secret. Les couleurs sont rendues par de la terre également, et quelques pigments naturels, mais jamais en utilisant de la peinture ou des colorants. Celles-ci se font par l’utilisation de terres variées et par la cuisson plus ou moins longue de l’objet, qui peut ainsi donner un effet de craquelures. Il utilise la technique de l’engobe, revêtement mince à base d'argile délayée colorée ou non, appliqué sur une pièce céramique pour modifier sa couleur naturelle, pour lui donner un aspect lisse ou pour obtenir une couche de base aux propriétés spécifiques réagissant avec l'émail. Le rakuentre aussi dans sa panoplie de techniques de cuisson. C’est celui des poteries d’origine japonaises utilisées autrefois lors de la cérémonie du thé.



Contrairement à une cuisson traditionnelle, où l’on attend que le four se soit complètement refroidi avant de sortir les pièces, la cuisson raku consiste à les sortir entre 800 et 900°, après avoir atteint la température de cuisson de l'émail.Les pièces sont alors plongées complètement ou partiellement dans une source de carbone (sciure par exemple) afin de réaliser une cuisson en mode de réduction avec enfumage qui donne des effets aléatoires. On les mouille ensuite pour arrêter la cuisson en réduction et augmenter les craquelures.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces