L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Festival « Livres en lumière » à Ferney


CULTURE - Le festival « Livres en lumières » renoue pour la troisième année avec la tradition voltairienne : accueillir la crème des personnalités du monde du livre. Mais plus que l’objet, la manifestation veut chouchouter lecteurs, auteurs et éditeurs et ce, des deux côtés de la frontière. Explications.

À Ferney-Voltaire, on n’est jamais avare de culture. Outre les festivals, la programmation de spectacles vivants ou la fameuse Fête à Voltaire, la Ville réédite pour la troisième fois son salon du livre et des écrivains, nommé des « Livres en lumières ». Un événement qui puise directement son inspiration dans le passé de la commune. « Il y a plus de 250 ans, Voltaire a inauguré une tradition d’accueil des écrivains et des ateliers d’écriture. Alors que d’importants travaux de restauration sont réalisés en ce moment dans son château de Ferney, il paraissait important de renouer avec cette tradition », explique Olivier Guichard, attaché culturel en charge de cette manifestation.



Et d’années en années, le festival prend de l’ampleur. Le samedi 7 octobre prochain, ce ne sont pas moins de 20 maisons d’éditions et 45 écrivains français et suisses, qui seront accueillis avec les librairies et les associations locales au sein du chapiteau chauffé. « Nous sommes agréablement surpris de l’accueil qui nous a été réservé par les éditeurs et les auteurs des deux côtés de la frontière. Il est vrai que quand vous dites « Voltaire », quand vous dites « Ferney », pour tous les gens des métiers du livre, effectivement, ça parle. On ne peut le cacher », sourit Olivier Guichard.



Car si le festival se revendique d’encourager le fait littéraire, cette année, il s’étoffe grâce à l’apparition d’un pavillon consacré à la jeunesse. Outre les rencontres avec la librairie de bande dessinée « Les Arts Frontières » et leurs auteurs, les beaux livres pour la jeunesse des Éditions Notari, des animations avec la présence de Pef, Fiami et l’illustrateur Bruno Doutremer, trois ateliers sont programmés avec l’atelier des Sources et sa démonstration interactive de fabrication de papier recyclé, l’atelier de sérigraphie des Éditions Drozophile, et un atelier de scrapbooking proposé par L’association Plan Vert qui exposera également ses jeux et objets d’écriture réalisés à partir de produits recyclés. Enfin, le spectacle « Merveilles et facéties » sera également proposé à 11 heures à la Comédie de Ferney par la conteuse professionnelle Lorette Andersen.



Têtes d’affiche et lectures insolites



Comme au XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire s’apprête donc à recevoir le gratin de la littérature. « Il faut dire les choses, dès le départ on a eu la chance d’un parrainage prestigieux avec la venue de Paul Otchakovsky-Laurens, directeur et fondateur des éditions P.O.L. C’était une façon de dire qu’il y avait une place pour une rencontre avec le monde des éditeurs et des écrivains, à Ferney-Voltaire, aujourd’hui », explique l’attaché culturel. Pour cette nouvelle édition, ce sont les Tesson, père et fils, qui viendront jouer les têtes d’affiche. Ils inaugureront le festival le mercredi 4 octobre à 19 heures à l’Orangerie du château de Voltaire. « Cela fait quelques années, que l’on accueille à Ferney-Voltaire, des gens médiatisés, des Philippe Meirieu, François Bon, Charles Juliet… Des gens qui savent lire, qui savent penser, il est vrai que les Tesson père et fils ont une notoriété particulière et une actualité puisque Sylvain Tesson a publié l’année dernière un des best-sellers de l’Hexagone, «Sur les chemins noirs». » Seul hic, les places sont parties comme des petits pains en seulement deux jours.



Mais pas de panique, le samedi, de grands noms seront également de la partie dont Pascale Kramer, qui vient de recevoir le Grand prix suisse de littérature, ou encore Daniel de Roulet. « Nous souhaitons que le festival soit sur le même principe que des rencontres littéraires autour d’un café, toute la journée, où le public peut aller à la rencontre des écrivains suisses et français. Quand vous voyez certaines manifestations où des gens sont derrière leurs tables, regardant le plafond en attendant le chaland… Nous, on veut favoriser le lien entre la personne qui écrit et son lecteur », précise Olivier Guichard.



Et parce qu’il est compliqué d’évoquer l’âme voltairienne de la ville sans impliquer la Maison Fusier, l’ancien théâtre du patriarche accueillera une reproduction de presse ancienne et ses démonstrations tout le samedi, mais aussi une exposition interactive de Florence Vial : « Sounds of shades », du 6 au 17 octobre.



Enfin, des lectures auront lieu dans des endroits plus insolites : restaurant, commerces ou chez un particulier, de 10 à 12 heures le samedi. Il se raconte d’ailleurs que le philosophe et son Candide y serait à l’honneur. Entre 1500 et 2000 personnes sont donc attendues à Ferney. Une ambition qui pourrait encore grimpée l’an prochain, quand on sait que le château de Voltaire devrait se dévoiler, de nouveau, en 2018, tel que ce dernier l’avait laissé à sa mort…



Pour retrouver l’ensemble du programme : www.ferney-voltaire.fr ou sur la page Facebook de la ville.



Pef



Qui ne connait pas Pierre-Élie Ferrier, dit Pef, auteur de « La belle lisse poire du Prince de Motordu ? L’auteur à succès n’a eu de cesse de faire découvrir cette famille à la langue décidément bien étrange depuis son premier volume dans les années 80. On ne compte plus depuis le nombre d’ouvrages sortis de sa plume, soit qu’elle dessine, illustre ou écrit.



« Pef, le père du Prince de Motordu, baigne l’enfance des francophones depuis presque 40 ans. C’est un immense privilège de l’avoir », confirme Olivier Guichard.



Philippe et Sylvain Tesson



Les deux écrivains inaugureront « Livres en Lumières » par une soirée-rencontre exceptionnelle entre père et fils, le mercredi 4 octobre à l’Orangerie du château de Voltaire.



Journaliste et éditorialiste, Philippe Tesson est aussi directeur des Éditions de l’Avant-Scène Théâtre et du Théâtre de Poche-Montparnasse. Auteur plébiscité par la critique et le public d’un portrait sans complaisance de la France intitulé « Sur les chemins noirs », son fils, Sylvain Tesson, évoque quant à lui le voyageur sans attache, qui, sans « rien attendre du chemin qu’il emprunte », se contente de le parcourir. Tous deux habités par la littérature se livrent sur leur passion commune.



« Philippe Tesson est déjà venu à Ferney pour faire la visite du château mais Sylvain, jamais, et il voulait vraiment venir. C’est d’ailleurs le sujet et la démarche de son livre « Sur les chemins noirs », c’est un voyageur. Ils feront partie des premières personnalités à découvrir le château restauré, sans son échafaudage. 

Je pense qu’ils vont insister sur l’interaction entre le père et le fils et sur le fait littéraire car c’est vraiment Philippe Tesson qui a donné le goût de la littérature et du spectacle vivant à ses enfants », annonce Olivier Guichard.



Henriette d’Angeville



Engagée pour l’égalité femmes-hommes, la ville de Ferney-Voltaire associe la thématique pour chacun de ses événements. Des rencontres et tables rondes auront lieu le samedi de 14 à 17 heures à la Comédie de Ferney sur le thème « Femmes d’hier et d’aujourd’hui ».



Ainsi, d’Henriette d’Angeville, première femme à avoir gravi le Mont-Blanc sera à l’honneur à 14 heures avec une projection-conférence. Elle fascina son entourage et la bonne société de l’époque par son énergie, son audace et sa liberté d’esprit. Elle vécut à Ferney au 10, rue de Genève au cours de ses dernières années ainsi qu’à Ornex.

« Henriette d’Angeville est une personnalité transfrontalière qui habitait un peu partout dans notre région. Pendant 200 ans, elle a été totalement oubliée, on trouvait intéressant de lui rendre hommage.



Voltaire, du fait de sa relation avec Émilie du Châtelet, a été un des premiers à valoriser la place des femmes, non seulement dans la littérature mais aussi dans les sciences et il faut rendre à César ce qui lui appartient », explique le responsable.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces