L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Histoire de quartier !


Le Faubourg Marcel à Saint-Claude une vraie anthologie…

Dans les villes il y a des quartiers typiques, à Oyonnax celui de l’Océan en est un parfait exemple. À Saint-Claude, le quartier du Faubourg Marcel, dont le nom vient de celui du Saint patron des palefreniers qui jadis étaient nombreux en ce lieu, était le poumon économique et commercial de la ville avec une activité débordante. C’était aussi un quartier ouvrier, avec l’implantation de nombreuses usines de pipes notamment. Avant 1848, et la construction du pont suspendu, il était la seule voie d’entrée dans la cité par l’ouest. Et juste-ici à la confluence avant le Pont du Faubourg Marcel, se trouvait et se trouve encore aujourd’hui la maison du « Restaurant Crolet ».



« Chez la Maman Crolet », qui n’a jamais goûté ou dégusté, son civet de marcassin, ses truites aux morilles à la crème, son illustre langouste à l’armoricaine flambée au cognac, ou encore son infusion de serpolet et sa petite liqueur de sapin, n’a jamais connu la félicité. Et à sa table il y avait toujours du monde, car elle disait elle-même « C’est très mauvais de manger seul… ». Marie-Joséphine Crolet disparue en1981, figure du quartier, n’était pas que généreuse dans sa cuisine, elle l’était tout aussi dans sa vie et son attitude. En effet durant la guerre 39/45, elle s’illustra et fit preuve d’un immense altruisme par l’aide, qu’elle fournit à ses risques et périls à de nombreux maquisards d’ci et d’ailleurs souvent aux abois, en les cachant et les hébergeant dans son grenier. Elle reçut à cet effet la Croix de Chevalier du Mérite en 1970.



Qui ne se souvient pas de ces soirées mémorables vécues dans une des deux salles du restaurant, juste après avoir traversé la salle du café puis la cuisine, où l’odeur attirante chatouillait les narines. Pour les jeunes et moins jeunes, c’était une véritable récompense de «casser la croûte», chez la maman Crolet, qui gâtait « ses petits ». Et c’était un défilé de figures du quartier à la Dubout. Il y avait bien sûr l’inévitable Gaston Edouard Passot (1909-1975) dit « Le Passot » homme-sandwich pittoresque et camelot rare et magnifique, qui proposait de la plus simple manière quelques bouffardes aux passants. « Pipes Bourgeois, pipes de Roy » vantait-il ? Son célèbre « Docteur, Docteur, une p’tite pipe, Docteur…attention je pâââsse…», reste gravé à jamais dans toutes les têtes blondes, ou bien s’adressant aux dames, il était plus courtois avec son « Bonjour princesse, comtesse… ». C’était un filou de première. Nous ne pouvons pas non plus passer sous silence Monsieur le chanoine de la Cathédrale et non le «chatmoine» (car l’un ne peut pas être l’autre et vice-versa, disait-il) l’abbé André Pouillard (1917-2004) pensionnaire du restaurant des années durant et grand maître es-vaisselle du lieu. Mais par ailleurs il anima aussi pendant plus de 50 ans le Comité d’Action Sociale et Populaire d’Entraide du Faubourg, et fût l’auteur de diverses monographies. Une fresque peinte du quartier raconte la vie de ces trois «figures » du 20ème siècle qui ont fait l’histoire du Faubourg Marcel, et dont nous venons de croquer quelques traits. Une réhabilitation moderne de ce lieu de vie est actuellement en réflexion par la municipalité.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces