L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Hugo Desloges, le garçon qui habille les miss

  • Crédit photo : Vision-Photos Photographe
  • Crédit photo : Vision-Photos Photographe
  • Crédit photo : Vision-Photos Photographe
  • Crédit photo : Vision-Photos Photographe
  • Crédit photo : Vision-Photos Photographe
Hugo Desloges, 16 ans, oyonnaxien, est encore élève au lycée Marcelle Pardé à Bourg-en-Bresse, mais ça ne l’empêche pas d’avoir déjà un bel avenir. Passionné par la couture depuis sa jeune enfance, il a commencé en 2015 à habiller les femmes pour le comité Miss Bresse. Voici le portrait d’un jeune homme qui rêve en grand, dans un monde de la mode où les hommes prennent une place de plus en plus importante.

Un jeune homme aux doigts pétris de talent. Hugo Desloges, étudiant au lycée Marcelle Pardé où il prépare un bac professionnel dans les métiers de la mode. Cet oyonnaxien a pris goût à un domaine peu commun chez les hommes : la couture. Quand les autres enfants jouaient à la balle ou au voleur et au gendarme, Hugo Desloges commençait déjà à manier les outils de couture. « J’ai vu une aiguille et un fil, j’ai essayé et ça m’a plu. Ma première couture ? Un gilet pour un nounours avec un t-shirt découpé », témoigne-t-il. Lui qui a découvert seul la couture a ensuite commencé à prendre des cours où il a trouvé sa vocation. Après avoir fait ses bases dans la confection de sacs et de doudous, il a ensuite cherché à créer ses propres modèles de robe.



Aujourd’hui, Hugo Desloges a une cinquantaine de tenues à son actif, dont certaines ont été présentées au comité Miss Bresse. « En 2015, il y avait dix modèles pour le premier défilé, et j’en représente dix sur une autre élection cette année », répond-il, avec fierté. Pour la confection d’une robe, Hugo Desloges passe en moyenne une trentaine d’heures, temps qui varie selon la complexité du modèle. Et pour ce qui est des matières premières utilisées, il ne lésine pas sur les prix. « J’aime bien avoir des tissus de qualité, et j’aime bien la dentelle de Calais », indique-t-il.



Ne manquant pas de créativité quand il s’agit de confectionner une nouvelle robe, Hugo Desloges trouve à travers la couture le moyen de rendre ses idées vivantes, mais pas seulement. « Il y a une certaine envie de voir vivre ses vêtements, sur lesquels on a bien souvent passés beaucoup de temps. Mais on a aussi envie de rendre encore plus belle la personne qui les porte. C’est ma récompense en quelque sorte », raconte-t-il. Des robes qui sont conçues sur mesure ou demi-mesure, et qui peuvent également se faire en binôme. « Ce sont les filles qui choisissent les robes, ou alors on les élabore ensemble. Quand elles ont choisi de me faire confiance, on dessine ensemble la robe. C’est un travail d’équipe », explique-t-il.



De plus en plus d’hommes



Le monde de la mode n’est pas forcément celui que l’on peut imaginer. L’idée reçue comme quoi il n’y a que des femmes est fausse. Hugo Desloges l’assure, les hommes ont aussi leur place dans ce corps de métier. « On en voit de plus en plus, ça fait quelques années que les hommes se lancent dans la couture. Ils ont un regard différent », déclare-t-il. Son parcours attise même la curiosité. « Il n’y a pas de préjugés sur ma personne, il y a plutôt de l’admiration car les gens veulent savoir pourquoi je fais de la couture ».



Attiré par les robes de cérémonie et les robes de mariées, Hugo Desloges ne se préoccupe pas pour l’instant de l’aspect commercial de son activité. « Ces robes ne sont pas commercialisées, ce n’est que pour mon plaisir. Je les prête beaucoup pour les galas », argumente-t-il. « Le comité Miss Bresse fait beaucoup porter mes robes à leurs filles. Ça m’offre de la visibilité et pour eux ça leur offre des tenues. C’est un bon échange et ça me plait. Mon but pour l’instant, ce n’est pas de faire du commerce ».



Aujourd’hui, Hugo Desloges est encore à l’école. Il prépare son bac pour 2019 et envisage de poursuivre ensuite avec un BTS design de mode, pour à terme peut-être devenir styliste ou modéliste, voire les deux. Mais il affiche également d’autres ambitions, encore plus grandes : « le rêve, ce serait de fonder ma marque dans les robes de mariées », souhaite-t-il. Des ambitions XXL pour un jeune homme qui, de fil en aiguille, pourrait bien se faire un nom dans le domaine de la mode.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces