L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


La retraite passionnément sportive de Patrick Gonzales


Si Pierre de Coubertin, le père des Jeux Olympiques modernes, disait du sport qu’il « va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre », ce n’est pas Patrick Gonzales, jeune retraité hyperactif, qui dira le contraire. Rencontre avec un amoureux du sport en général et de la course à pied en particulier.

Dans la famille Gonzales, on a le sport dans la peau. Avec un père encadrant sportif dans la Police, champion de tir en 1968, les trois frères Gonzales ne pouvaient que « tomber dans la marmite » dès leur plus jeune âge. Pour l’un ce sera le cyclisme, avec plus de 13 000 kms annuels au compteur, pour l’autre la course à pied avec des marathons bouclés en tout juste 3 heures et pour Patrick, un peu de tout. Natif de Salon de Provence, brevet de collège en poche, le jeune élève suit la voie de l’apprentissage pour devenir électricien du bâtiment. Un beau métier qu’il n’aura guère le temps d’exercer car il s’engage dans l’armée à l’âge de 18 ans. En poste à Fréjus, c’est à Tahiti ou à Nouméa que Patrick veut aller. Et pour cela il doit travailler dur et exceller dans toutes les disciplines pour arriver en haut du classement, parmi ceux qui choisissent leur affectation en premier. C’est chose faite. Placé 15ème sur plus de 150 militaires, il s’envolera pour Tahiti puis pour Nouméa. Durant ces 18 mois d’exil, il sera tireur d’élite et pompier, il effectuera des missions de survie et s’essayera au rugby. Malgré l’insistance de ses supérieurs pour garder un très bon élément tel que lui, Patrick décide de quitter l’armée et de rejoindre le continent. Sa famille lui manque trop. De retour en France, il s’installe à Rillieux au plus près de ses parents et entre chez Majorette comme préparateur de commande. Il passera par les services approvisionnement, conditionnement et expédition avant de devenir attaché commercial. Patrick pratique le football depuis toujours, mais le temps passant, il est moins performant et préfère se tourner vers la course à pied, s’essayant aussi au tennis et au ping-pong.



Dans les starting-blocks



Texte : Tout s’accélère lorsqu’en 2011, Patrick croise la route de la belle Sandrine. Licenciée du club de Saint-André-de-Corcy « Corcy Endurance », elle pratique la course à pied pour le loisir, avec Jean-Yves, l’un des frères de Patrick. Il ne faudra pas longtemps pour le convaincre de rejoindre à son tour le club. Le début d’une belle histoire de sport et d’amour. Toujours attaché commercial pour un grossiste en jouets, Patrick s’entraine plusieurs fois par semaine et progresse rapidement. L’immense peine de la perte de son frère Jean-Yves, emporté par la maladie, n’entachera pas sa détermination. Au contraire. Il vise désormais le semi-marathon, encouragé par celle qui est désormais son épouse et sa plus fidèle supportrice, Sandrine. En mars 2017, il coure son premier semi-marathon, une course en hommage à celui qu’il admirait tant, au coureur d’exception qu’était son frère. Il le finira en 1h58, son objectif étant de faire moins de 2 heures. Une réussite. Désormais retraité, Patrick s’entraine de plus belle. À peine 7 mois plus tard, il améliore son chronomètre de plus de 5 minutes lors du semi-marathon du « Run in Lyon ». Et cet amoureux des voyages promène aussi ses baskets à travers le monde avec sa dulcinée. Un footing à Londres aurait même pu lui couter la vie. Quelle idée de rouler à gauche ! Ils en profitent également pour faire la tournée des stades de football de France et d’Europe, une autre passion du coureur. De simple licencié, Patrick est désormais amené à prêter main forte au club « Corcy Endurance » en cas de besoin. Car s’il est passionné, il est aussi et surtout d’une grande générosité ainsi qu’un supporter sans égal pour l’Olympique de Marseille et le Rugby Club de Rillieux. Un fidèle de la première heure.



Prochain exploit visé, un marathon. 42 kms à avaler au printemps 2018. Allez Patrick !


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine



Citroën C3 Aircross : nouveau rôle pour une nouvelle vie

Adieu au C3 Picasso, monospace familial qui a tant donné de sa personne sur les autoroutes des vacances ! Bienvenue au C3 Aircross qui adopte le style des SUV tout en imposant sa griffe originale ! Un nouveau venu qui redistribue les cartes entre Peugeot et Citroën.
Publié le 10/11/2017

Bloc-notes