L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Le CES 2018 en version internationale, nationale et régionale

  • Laïka, le robot pour chiens   Crédit photo CamToy
  • Laïka, le robot pour chiens Crédit photo CamToy
Des télévisions toujours plus plates, toujours plus pixélisées et toujours plus grandes, des robots en veux-tu, en voilà, des smartphones aux fonctions toujours plus intelligentes, les dernières versions des assistants de maison de Google et d’Amazon, une machine qui plie le linge, des inventions utiles et écologiques, des trouvailles qui laissent perplexes… Bienvenue au CES ! Le Consumer Electronic Show, qui s’est tenu du 9 au 12 janvier dernier à Las Vegas n’est rien d’autre que la référence mondiale des produits de demain. Pour la 3ème année consécutive, la France est l'un des pays les plus représentés à l'Eureka Park avec plus de 360 entreprises dont 275 startups. Et la région Auvergne-Rhône-Alpes n’est pas en reste.

Les animaux n’échappent pas à la connectivité



C’est désormais plus de 60 millions d’amis que comptent les foyers français. Y voyant là une bonne niche, les innovations des startups à destination des animaux de compagnie ne manquent pas. Au CES, certaines ont eu du flair. C’est le cas de « Catspad » et son distributeur connecté et automatique de croquettes et d’eau pour chats. Grâce à cette gamelle 2.0, le suivi nutritionnel du chat, la surveillance de son poids et la gestion des stocks sont facilités. D’autant plus que le distributeur permet de gérer l’alimentation de plusieurs individus à quatre pattes, les reconnaissant individuellement.



Côté canin, c’est la startup CamToy qui pense à tout. Grâce à son robot Laïka, elle a créé le premier compagnon pour compagnon. À distance, il est désormais possible de lui lancer une friandise, son jouet ou encore de voir ce qu’il fait lorsque qu’il est seul. Le tout grâce au robot Laïka et via un smartphone.



Santé : pas si ringarde La Poste



D’un côté des déserts médicaux, de l’autre une entreprise au maillage territorial défiant toute concurrence. Face à la baisse des volumes de courrier, La Poste ne cesse de tenter de se renouveler et quoi de mieux que le numérique pour envisager le futur ? Voilà que l’entreprise se lance même dans l’e-santé.



Tension, rythme cardiaque, poids… Les données d’un patient à domicile sont désormais consultables à distance par le médecin grâce à une application nommée « La Poste eSanté ». Ainsi, c’est le facteur qui livrera ce carnet de santé numérique personnalisé par l’hôpital ou le médecin pour le patient, et l’aidera à la prise en main.



La voiture du futur



C’est un fantasme qui existe depuis l’invention de la roue : l’évolution de la mobilité. Et depuis les années 80, on attend avec impatience la « voiture qui vole ». Présente au CES, la voiture du futur n’a, en apparence, rien de révolutionnaire. Mais mieux que voler, elle fonctionne gratuitement. Ou presque. En effet, le Hyundai Nexo est un SUV à hydrogène, un combustible qui ne coûte rien et se trouve absolument partout. Avec une autonomie d’environ 800 kilomètres et de multiples aides à la conduite, le concept a quelque peu effacé les voitures électriques et / ou autonomes présentes à Las Vegas.



Dans la famille « maison connectée »…



Nous voudrions le frigo ! On le sait, la maison est la figure de proue de la connectivité. Du côté de la cuisine, c’est le constructeur Samsung qui a frappé un grand coup cette année, grâce à son « Family Hub ». À défaut d’être discret, ce mastodonte de la cuisine est d’une intelligence artificielle remarquable. Il communique avec son assistant vocal Bixby, se commande à distance (thermostat, ouverture des portes, éclairage), reconnait les membres de la famille et agit en fonction de leur programme personnalisé, propose des recettes de cuisine selon ses disponibilités, vérifie les dates de péremption… Incroyable !



Le robot larbin



La domotique, c’est de la haute technologie, de la facilité de vie quotidienne et souvent une bonne dose de solution à la fainéantise. Et qui le blâmera ? Deux ingénieurs lyonnais ont inventé le robot qui vous suit partout comme un toutou : le TwinsWheel. Son atout ? Il peut porter plusieurs dizaines de kilos ! Porter les courses depuis le supermarché et jusqu’au garage pour le particulier, mais aussi transporter les charges lourdes en entreprise, le robot livreur suit son maître ou les réglages de ses radars.


Le CES en chiffres

170 000 visiteurs 

4 000 exposants 

6 000 représentants de la presse 

225 000 m² d’exposition 


Auvergne-Rhône-Alpes, première délégation française du CES

Forte de 45 start-ups présentes, la région Auvergne-Rhône-Alpes a une nouvelle fois été la tête d’affiche de la délégation tricolore au rendez-vous mondial de l’innovation technologique de Las Vegas.

Représentée par Juliette Jarry, Vice-présidente déléguée au Numérique et Annabel André-Laurent, Vice-présidente déléguée à l’Économie, la Région était venue en force avec ces partenaires : Minalogic, Auvergne Rhône-Alpes entreprises, la French Tech, Imaginove et Digital League.  

« Auvergne-Rhône-Alpes représente la délégation la plus grande et la plus innovante du CES 2018. Avec 13 innovation awards, dont 1 best of innovation, les start-ups régionales se sont illustrées », se félicite Annabel André-Laurent.

Lors de ce CES, la Région a pu apporter son soutien à hauteur de plus de 130 000€ aux startups dans le cadre du PDI (Plan de développement à l’international) de Minalogic. En effet, les entreprises bénéficient d’un ticket modérateur de 40% de toutes leurs dépenses inhérentes à leur participation au CES (transport, séjour, location stand...). Outre le financement, elles ont pu accéder à du coaching, des séances de préparation au CES individuelles ou collectives. « Si nous accompagnons cette année encore les startups d’Auvergne-Rhône-Alpes, via des financements et des sessions de préparation, c’est parce que nous sommes convaincus du rôle d’impulsion et de fédération que doivent jouer les régions. Notre volonté est de créer les conditions les plus favorables pour que les entreprises de notre territoire se développent, embauchent, innovent.  Et d’embarquer tous les acteurs pour devenir la 1ère Tech Région d’Europe, c’est l’objectif commun que nous nous sommes fixés », explique Juliette Jarry.

Pour la première fois, la région Auvergne-Rhône-Alpes matérialisait d’ailleurs sa présence au CES par un espace régional regroupé et un espace d’accueil et de promotion régional.


La délégation régionale au CES, c’est :

45 startups 

40 étudiants 

13 innovation awards 

217 708 euros de budget pour la Région

1 Best of Innovation pour Lancey Energy Storage, startup grenobloise qui a mis au point un radiateur permettant de diviser sa facture d’électricité par deux en stockant l’énergie lors des heures creuses pour l’utiliser lors des heures pleines.

Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces