L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Le musée du peigne et de la plasturgie


Situé à Oyonnax, le musée du peigne et de la plasturgie retrace l’histoire artisanale et industrielle d’une ville, d’une vallée et de ses hommes. À bientôt 40 ans, le musée propose des expositions permanentes comme temporaires.

Il y a des musées dotés de collections remarquables, d’autres chargés de la grande Histoire et certains pourvus d’une âme. Le musée du peigne et de la plasturgie d’Oyonnax cumule les trois.



Pas moins de 16 000 objets y sont collectés. Des pièces uniques signées et numérotées en celluloïd réalisées par Marie-Léon Arbez-Carme aux peignes d’Auguste Bonaz, inspirés de l’art japonais en passant par les modèles Haute-couture du XXe siècle, le lieu regroupe, à travers sa collection, l’histoire de la vallée, des « peigneux » aux plasturgistes d’aujourd’hui.



Tout commence au XVIIIe siècle. Les oyonnaxiens se lancent dans la fabrication de peignes en bois issu des forêts environnantes. Démêloirs, peignes à poux, à chignons, à bijoux… Les productions de la vallée vont alors figurer sur toutes les nobles têtes de la Belle Époque. Mais dans les années 1920, une mode débarque tout droit d’Amérique : les cheveux courts. Coup dur pour l’industrie d’ornements capillaires, mais la mise au défi des industriels tourne en leur faveur. Certains s’orientent vers la lunetterie et l’arrivée du plastique confortera ce virage industriel.



Du peigne en bois à la robe en plastique



Optiques, solaires, fantaisistes ou de haute-couture, le savoir-faire des lunettiers s’exporte en Amérique. Un certain retour à l’envoyeur. C’est bien connu, le plastique, c’est fantastique. Grâce à lui, les plasturgistes oyonnaxiens rivalisent de compétences et de performances. Mobiliers de designers, arts ménagers, habillements de haute-couture grâce à l’imaginaire de Paco Rabanne ou encore Courrège… La matière se décline à l’infini.



Dans ce musée, unique en Europe, se côtoient donc désormais peignes à chignon, jouets, design, lunettes ou robes, tous symboles d’un savoir-faire ancestral et de l’histoire industrielle d’une vallée devenue « plastics ».


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces