L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Le Tour de France en courant


SPORT - « La France en courant », labelisée par la Fédération française d’Athlétisme, est aujourd’hui la plus longue course en relais sur route de France. Pour la 29e édition, qui se déroulera du 15 au 29 juillet, le responsable gessien tente de recruter des coureurs du secteur. Explications.

Le Tour de France… Sans vélo ! 

Il n’y a pas que le vélo dans la vie ! Ils sont nombreux dans le pays de Gex et le bassin bellegardien à aimer la course à pied. Mais cette année, aucun à s’être inscrit à la plus longue course en relais de France : « La France en courant »

Du 15 au 29 juillet, la fameuse course labelisée par la Fédération française d’athlétisme va réaliser sa 29e édition. Passée par le pays de Gex en 2015 et en 2013, elle fera son retour dans l’Ain en 2018. En attendant, elle reliera cette année la Charente-Maritime à l’Eure en passant par les Pyrénées, les Bouches-du-Rhône et la Loire. 



« Actuellement, personne n’est inscrit sur le pays de Gex, on ne sait pas pourquoi, on essaie d’analyser cela. Chaque année, il y a entre 10 et 15 équipes, cette année, en France, nous avons du mal à en trouver », confie Roger Nolté, référent de la course dans le pays de Gex. Cela fait 12 ans qu’il fait partie des 63 bénévoles de la course. « Je m’occupe du village et de la technique qui suivent le tour », détaille-t-il.



Courir la France avant de courir le monde 



« Ce sont des équipes de huit coureurs dont au minimum une femme. Les coureurs indépendants sont incorporés dans une équipe », explique Roger Nolté. Il faut dire que le système est rodé. « Un amateur qui court entre 8 et 9 km/h, aura un retard par rapport à un professionnel qui court à 16km/h. Nous démarrons donc la course à 3 heures du matin. Sur les 200 kilomètres d’étape, un coureur en fait 25. Il ne les fait pas en une seule fois, il peut faire 5 kilomètres, passer le relais, monter dans le véhicule… Selon les capacités des coureurs, nous les intégrons dans une équipe », précise le bénévole. 

Alors que la moitié des coureurs sont professionnels, les amateurs peuvent donc tenter l’aventure. Et même sur deux jours. « Quand on a une vie de famille, il n’est pas toujours simple de se libérer 15 jours, la Fédération française d’athlétisme nous permet d’intégrer des coureurs le temps qu’ils le souhaitent », indique Roger Nolté. 



L’occasion tout de même de goûter à l’expérience humaine et sportive revendiquait par la course. « Il y a une relation humaine terrible. La course est une rencontre de gens qui ne se connaissent pas mais qui aiment la course à pied. L’autre intérêt pour les coureurs, c’est de connaitre leur niveau. Souvent, ce sont des gens qui veulent aller au bout d’eux-mêmes. La France en courant, c’est une course d’endurance sur 15 jours, ça leur sert pour d’autres épreuves.  L’an dernier, un coureur voulait faire un tour du monde, il a commencé par la France », sourit-il. 



Inscriptions et plus d’infos : www.lafranceencourant.org

Page Facebook : La France En Courant 06 81 98 80 43



Un peu d’histoire…  



Après avoir effectué plusieurs courses (marathons, 100 kms, le 1er Paris Dakar pédestre en 1985), c’est en 1986 qu’André Sourdon organisa le premier Tour de France pédestre. Son but ? Permettre d’effectuer un tour de France avec peu de moyens, le rendant accessible à tous ceux qui en avaient les capacités physiques. Le premier Tour fut celui du Tour de France cycliste en accord avec les organisateurs de l’époque de la « Grande Boucle ». Les équipes se lancèrent sur 4 000 kilomètres en trois semaines soit 25 kilomètres par jour en moyenne, sous la chaleur, la pluie, la nuit, en montagne... Lors de leur arrivée à Paris sur les Champs-Élysées, les participants enthousiastes, avaient prouvé que le défi était réalisable et par le fait, renouvelable. 
 

Les années qui suivirent ne permirent pas de rééditer l’épreuve. André Sourdon, pendant ce temps, alla courir en Chine, en Amérique du sud, et sur le reste de la planète. Mais, en 1990, le départ du second Tour était donné à deux équipes, quatre en 1991... L’organisation s’était structurée, une association était créée : le Comité d’organisation du Tour de France en relais pédestre. Le règlement de la course était rédigé : 8 relayeurs par équipe dont au moins une femme.
 

Au fil des années, la course s’est peaufinée, atteignant les 12 équipes en 2005 et laissant l’appellation Tour de France en relais pédestre pour la bien nommée « La France en courant ».



En chiffres 



• Près de 2 800 kilomètres

13 km/h, la moyenne de la foulée

• De 18 à 75 ans pour les coureurs inscrits

380€, c’est le coût pour un coureur pour 15 jours, logement et nourriture compris


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces