L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Pourquoi choisir les clubs vacances ?


« Club Med », « Marmara », « Pierre et vacances »… Tous rivalisent d’idées pour attirer les vacanciers au sein de leurs villages vacances. Mais qu’attendent les « clubbers » estivaux ?

À l’aventure, en camping, dans la famille… Chaque année plus d’un million de français choisissent des vacances en « club ». L’idée est alléchante : ne rien avoir à préparer ou à s’occuper sur place tout en étant sûr qu’une animation est prévue pour les enfants, peu importe leur âge. Question « farniente », les clubs de vacances mettent le paquet.



La prise en charge des enfants est d’ailleurs l’un des facteurs les plus souvent cités par ces vacanciers. Cependant, c’est bien la maîtrise du budget qui arrive en tête de leurs préoccupations. Selon une étude de « Marmara » et « TNS Sofres », leaders sur le marché des clubs de vacances, 60% apprécient d’abord les formules « all-inclusive » et les tarifs dégressifs avant de s’intéresser, pour près de 58%, à la prise en charge complète.



Quelles destinations ?



Détendus, explorateurs, curieux, amoureux, familles… Tous s’accordent à y trouver un centre d’intérêt. Les animations et autres mises en scène d’ambiances, vénérées pendant des années, sont parfois redoutées. Tous ne sont pas adeptes de l’apéro-foot de 18 heures aux bords de la piscine ou de l’aquagym de bon matin. Les enseignes de vacances l’ont compris et tentent de proposer des séjours où le client peut désormais choisir de ne (vraiment) rien faire. Parmi les destinations les plus prisées des français : la France. Viennent ensuite les pays du Maghreb puis les Antilles et les Caraïbes.



Le saviez-vous ?



Le premier club de vacances voit le jour en 1935, près de Calvi en Corse. C’est Dimitri Philippoff, émigré en France, journaliste sportif à l’ « Auto » et « Paris Soir » mais aussi membre de l’équipe russe de water-polo à Paris nommée « Les Ours blancs » qui ouvre le premier village vacances avec formule « all-inclusive ». Son nom ? « L’ours blanc ».



Après la Seconde Guerre mondiale, il crée les « Villages magiques » qui fusionneront avec le fameux Club Méditerranée en 1956.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces