L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Présidentielles - La parole aux élus locaux


Ils sont 11 à briguer le poste de Président. 11 lancés dans un sprint final. 11 à penser détenir le projet qui portera, cinq ans durant, l’ensemble des grandes mesures de ce pays. À quelques jours du premier tour des élections, L’Ainpact a ouvert ses colonnes aux hommes et femmes politiques du département, mais aussi aux citoyens rencontrés dans la rue. Rencontres électorales avant de se rendre aux urnes.

Présidentielles 2017 : l’heure des choix



Jean-François Debat

Maire de Bourg-en-Bresse

Conseiller régional Auvergne Rhône-Alpes

jean-francois-debat-maire-de-bourg-en-bresse

« Cette élection présidentielle s'inscrit dans un contexte économique, social et international inédit : surconsommation des richesses naturelles et énergétiques, dérèglement climatique, accroissement des inégalités, conséquences de la révolution numérique sur le travail, crises internationales, menace terroriste s’y sont imposés. Dans le même temps, le contexte politique est extrêmement mouvant : une droite fragilisée par des affaires, une gauche fragmentée et la menace de l’extrême droite.

Dans cette configuration, nombreux sont les citoyens qui s'interrogent : d'abord sur le simple fait de voter, ensuite sur qui porter leur choix.

À ceux-là, je veux rappeler l'importance que chacun soit acteur de l'avenir de notre pays et non pas passif devant un choix, même s’il paraît difficile pour beaucoup.

Pour ma part, je crois fermement dans le projet que Benoît Hamon porte, au nom de la gauche et des écologistes : il est honnête ; il défend un monde plus équitable ; il propose une véritable rénovation écologique, sociale, numérique, ambitieuse mais réalisable ; il inscrit son action dans l’Europe, qu’il faut réorienter mais que l’on ne peut « zapper » comme le font nombre de candidats, de gauche et de droite, qui proposent d’en sortir.

Dans cette élection, il y aura deux tours : au 1er tour, le vote utile, c’est le vote pour ses convictions : je vous appelle à choisir le projet qui est le plus proche de vos idées. Au second tour, chacun prendra ses responsabilités, s’il le faut, pour écarter le danger de l’extrême droite. »



Olga Givernet

Conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes

Conseillère municipale et communautaire de Saint-Genis-Pouilly

Référente départementale En Marche ! dans l’Ain

olga-givernet-conseillere-regionale-auvergne-rhone-alpes

« Beaucoup d’entre nous se désespèrent ou se désintéressent de la politique. C’était mon cas il y a quelques années. Puis j’ai découvert qu’en s’engageant simplement dans la vie locale, on pouvait changer beaucoup de choses : construire de nouvelles écoles, réinventer la ville, gérer sainement les finances publiques… La vie politique locale fonctionne généralement sur le bon sens, et avec un rapport étroit entre l’élu et le citoyen, sans forcément être dans l’opposition gauche-droite.

Emmanuel Macron propose cette approche sincère à la chose publique. Depuis le lancement du mouvement En Marche, des milliers de personnes sont venues de partout, avec ou sans expérience politique.

Nous n’avons pas cherché à marquer notre programme à droite ou à gauche, nous avons travaillé à trouver les mesures qui conviendraient le mieux à notre pays. J’ai choisi de rejoindre Emmanuel Macron dès le début de la création de son mouvement, parce que je pensais qu’il était temps de renouveler la politique avec davantage d’implication citoyenne.

Un an après, le mouvement répond à mes attentes, il est composé par des esprits parfois très différents mais nous arrivons toujours à trouver un point d’entente, comme en témoigne le long projet qui a été dévoilé en mars dernier.

Nous serons nombreux le 23 avril prochain à faire le choix du renouveau. Les indécis pourront compter sur notre candidat qui a su faire preuve d’une grande expérience tout en étant neuf dans le paysage politique. »



Damien Abad

Président du Conseil départemental de l’Ain

Député de l’Ain

Damien-abad-president-du-conseil-departemental-ain

« Aller voter, reste pour moi, un acte citoyen fort. Notre pays est en proie à une déconnexion entre les citoyens et leurs représentants et le lien de confiance se fissure. Se déplacer les 23 avril et le 7 mai est capital pour élire la personne qui dirigera notre pays, face aux menaces extérieures, le terrorisme notamment, et qui conduira une politique de redressement. Alors que de nombreux français avait souhaité changer de Président en cours de mandat, cette élection rend possible ce changement.

Aujourd'hui il faut, et c’est l’ultime occasion, engager le redressement d'une France affaiblie par cinq années de laxisme et de tergiversations, minée par la mondialisation et une concurrence sans concession. Il y a un profond désir d’alternance, un désir de porter les valeurs de Droite, un désir de réforme et François Fillon qui a présenté un programme clair, engageant et audacieux, est au cœur de ces désirs. Il a démontré sa détermination et sa stature d’homme d’État, si importante pour se faire entendre des États-Unis ou de la Russie. Ses objectifs, atteindre le plein emploi, affirmer l’autorité de l’État, maitriser l’immigration par une politique de quotas et redevenir la première puissance de l’Union européenne. François Fillon veut rendre notre pays compétitif, en mettant fin aux 35 heures, valoriser les petites pensions de retraite, réduire les charges supportées par les employeurs et les salariés pour accroître le pouvoir d’achat. La France est une grande Nation qui peut encore viser haut si nous décidons de libérer ses forces. »



Maxime Chaussat

Conseiller régional Auvergne Rhône-Alpes

maxime-chaussat-conseiller-regional-auvergne-rhone-alpes

« Dans quelques jours maintenant auront lieux les élections présidentielles françaises de 2017. Ce temps fort de la vie démocratique de notre nation, temps de la rencontre d’un homme, d’une femme, avec le peuple, ne doit pas être volé au peuple français. Des forces sont l’œuvre pour effacer la légitime campagne sur le fond des idées, en lui substituant un climat délétère fait de manipulations et de voyeurisme en tout genre. Drôle d’époque où l’esprit de scandale l’a emporté sur l’esprit de responsabilité et de vision pour la France. Et pourtant, malgré ce climat mis en œuvre par un pouvoir socialiste à bout de souffle, acculé par sa médiocrité et son esprit sectaire et partisan, une femme sort de la torpeur avec un message d’espoir pour le peuple français.

Cette femme c’est Marine Le Pen. Malgré les embuches et les pièges tendus par le système, elle tient bon, elle tient ferme, et elle puise dans l’amour du pays cette force qui permet tout ! Sa vision est claire, précise, juste : redonner au peuple français sa liberté, lui redonner sa souveraineté et son indépendance. Combattre l’insécurité, baisser les impôts, défendre notre identité et stopper l’immigration, voici les lignes de force qui structurent son projet pour notre chère patrie. Marine Le Pen seule peut redonner à la France un avenir serein, et pour cela elle compte sur le vote de chacun des français. »



MICRO-TROTTOIR : Moi, Président(e), mes premières mesures seraient…

Jeannine, 60 ans, de Viriat

Microtrott_Jeannine

On sent immédiatement que Jeannine a une idée précise sur la question, et les propositions fusent. « Il faut commencer par augmenter les salaires minimum, 1 500 € par mois. Ensuite, il faut mettre en route la construction des logements sociaux qui font défaut. En tant qu’agricultrice, je pense aussi qu’il faut aider les petits agriculteurs. Les gros en ont bien assez, eux ». Se revendiquant mère et grand-mère, Jeannine n’oublie pas l’enfance et souhaite qu’il y ait plus de protection des mineurs, et que la justice soit plus rapide et plus efficace. Et au moment de se quitter, une petite dernière : « Supprimer les allocations chômage au bout d’un an. Après cette durée, traiter au cas par cas ».



Mathieu, 28 ans, de Simandre-sur-Suran

Microtrott_Mathieu

« Ma priorité concernerait l’écologie. Il y a une vraie urgence pour le climat et il faut s’engager à fond pour les énergies renouvelables. Au niveau de la classe politique, imposer la transparence et le respect des lois ». Tous pourris ? Non, Mathieu pense que « la majorité des élus est honnête, mais les brebis galeuses donnent une mauvaise image. Enfin, il faut renforcer les mesures sociales, et non pas les réduire, que ce soit le chômage, la sécurité sociale, les retraites. Il faut mieux partager pour renforcer les liens dans la société ».



Michel, 65 ans, de Bourg-en-Bresse

Microtrott_Michel

La question est difficile pour Michel, tant il y aurait à faire pour lui. « En priorité, les nouvelles mesures devraient concerner les plus faibles, ceux qui n’ont plus leur place dans la société. Ensuite rétablir l’égalité devant la justice, en supprimant les passe-droits, les immunités ». On ne citera pas de nom, bien sûr ! Enfin, Michel fait part de sa préoccupation pour « la paix dans le monde. Il faut surtout ne pas négliger la diplomatie. Montrer sa force, faire la guerre ne sert jamais à rien ».



Juliette, 19 ans, d’Oyonnax

Microtrott_juliette

En tant qu’étudiante, Juliette a des préoccupations liées de très près à son statut. Elle souhaiterait que « l’université, et d’une manière plus large, les études supérieures soient gratuites. Cela concernerait les frais de scolarité, mais aussi les frais de cantine, de logement. Il y aurait moins de sélection par l’argent ». En parlant de sélection, Juliette pense qu’il faut supprimer celle instaurée à l’entrée en master, qui doit entrer en vigueur à la prochaine rentrée : « il faut ouvrir plus ». Enfin, au niveau des grands sujets sociétaux, Juliette avoue qu’ « elle aimerait autoriser plus largement la Procréation Médicale Assistée (PMA). Les jeunes sont plus ouverts sur ce problème. Il faut en parler, sensibiliser ».


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces