L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Premières Assises du bois et de la forêt, pour préserver et développer cette ressource naturelle : une urgence pour l’Ain


Dans les salons du département, Jean Deguerry a présenté à la presse les premières Assises départementales du bois et de la forêt, que le conseil départemental a organisées le 21 octobre à Nantua. A ses côtés, Jean-Yves Flochon, vice-président délégué à l’agriculture, à la préservation de la biodiversité et des ressources et à l’environnement, et Aurélie Jarrin, chargée de mission de la politique bois et forêt, ont apporté leur expertise à cette présentation.

Le constat, énoncé par Jean Deguerry, est à la fois simple et dramatique : « le matin, quand j’ouvre mes volets, je suis assez stupéfait de voir l’état de la forêt. Je vois bien qu’elle est malade, qu’elle souffre. Si on veut sauver ce patrimoine naturel, il faut lancer des actions ». Dans l’Ain, la filière bois occupe une place importante tant au niveau de la biodiversité que du point de vue économique (voir encadré). Les raisons principales de cet état qui s’aggrave sont connues et relèvent de problématiques variées. Le dérèglement climatique en est une des causes principales, avec des essences d’arbres souffrant terriblement du réchauffement et de la sècheresse. Mais on peut citer aussi la présence du scolyte, un petit insecte ravageur qui ronge le cœur des arbres, le morcellement des parcelles et l’abandon de certaines d’entre elles, la multiplicité des propriétaires privés, le contexte économique peu favorable à l’exploitation forestière, et même une partie de la faune sauvage qui est particulièrement friande des jeunes plants. Ces Assises s’adressaient donc aux représentants des propriétaires privés, largement majoritaires en surfaces possédées, aux communes forestières, au nombre de 135 dans l’Ain, ainsi qu’à tous les organismes et les professionnels de la filière bois. L’objectif avait été clairement défini : la mise en place de dispositifs qui devront répondre aux enjeux prioritaires de la transition écologique et énergétique. Au programme, une conférence de Nathalie Mionetto, chargée de territoire Nord-Est FCBA (Forêt Bois Cellulose Ameublement) sur la problématique de la gestion forestière et de l’adaptation au changement climatique. Egalement 3 tables rondes qui ont donné lieu à des interventions variées, soit en termes d’analyse de la situation de la forêt, soit avec des propositions concrètes, chacun apportant un éclairage particulier. Reste au département à faire la synthèse de ce foisonnement et de présenter au printemps prochain un plan d’actions qui complètera le 4ème livre blanc forêt-bois 2020 - 2023.
La préservation de la forêt, et plus généralement celle des ressources naturelles, fait partie des 5 chantiers prioritaires de la mandature qui débute.


Les chiffres clés de la filière bois dans l’Ain

- 35% du territoire du département sont occupés par la forêt, soit 204 000 ha. Plus de 67% des surfaces boisées appartiennent à des propriétaires privées. La surface boisée, qui progresse de 0,8% par an, est constituée à 58% de feuillus et à 42% de résineux.

- En 2017, 355 400 m3 ont été récoltés dans l’Ain, ce qui ne représente que 25% de l’accroissement naturel de la forêt. 69 % sont destinés au bois d’œuvre, 19 % au bois énergie et 12% au bois industrie. La totalité de la forêt du département équivaut à 38 millions de m3.

- La filière bois regroupe 1 350 entreprises totalisant 5 500 emplois. Parmi elles, 24 scieries, dont 19 qui ont une activité forestière. Elles produisent 350 200 m3 de bois scié et 362 300 tonnes de produits connexes de scierie. Répartition des sciages par essence : épicéa 73%, douglas 15%, chêne 8,5%, puis peuplier, pin sylvestre, hêtre,…

- L’Ain produit 70 mégawatts (1 MW = 106 watts), puissance totale installée, alimentée par de la plaquette forestière. 53 chaufferies publiques sont en fonctionnement, ainsi que 70 chaufferies collectives et 700 chaufferies individuelles. Une douzaine d’autres projets est en cours de réalisation. Bourg-en-Bresse, Oyonnax et Belley ont une chaufferie municipale alimentée par ce type de combustible.

- 5 établissement scolaires préparant aux métiers du bois accueillent près de 400 élèves : l’Ecole Technique du Bois (ETB) et la MFR, toutes deux situées à Cormaranche-en-Bugey, le CFA de Bourg-en-Bresse, le lycée Bérard d’Ambérieu-en-Bugey, et le lycée Carriat de Bourg-en-Bresse. Une formation pour adultes aux travaux forestiers, bûcheronnage et sylviculture, existe depuis quelques années à Cormaranche-en-Bugey.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces