L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Une journée en faveur des aidants


La plateforme d’accompagnement et de répit (PFAR) de Bourg-en-Bresse, le Répit des Aidants, ouvre ses portes le mardi 6 octobre 2020. Créé en février 2019, ce dispositif à destination des proches des personnes atteintes de maladie neurodégénérative accompagne une quarantaine d’aidants dans tout le département de l'Ain. Explications.

Voilà 20 mois que la plateforme d’accompagnement et de répit (PFAR) de Bourg-en- Bresse, communément nommée le Répit des aidants, a ouvert ses portes. Elle les ouvre au grand public ce mardi 6 octobre, à l’occasion de la Journée Nationale des Aidants. Leur créneau ? « Proposer un lieu d'accueil privilégié pour accompagner, guider, permettre de faire parenthèse un temps donné pour les aidants familiaux et proches de personnes atteintes d'une maladie neurodégénérative. Le Centre hospitalier de Bourg-en-Bresse nous permet de travailler avec l'ensemble des partenaires du réseau gérontologique du département de l'Ain. Ensemble, nous formons un collectif de soutien pour les aidants et les aidés », résume l’équipe. Adossé à l'accueil de jour de l'EHPAD de la Résidence Emile Pélicand, Le Répit des Aidants répond ainsi à bon nombre de missions : recenser l’offre d’accompagnement et d’information du territoire, être un interlocuteur privilégié des médecins traitants, communiquer avec les partenaires et favoriser le travail avec tous les acteurs du territoire intervenant sur le secteur personnes âgées, dans le cadre de la filière gérontologique, répondre aux besoins d’information, de formation, de soutien, d’écoute, de conseil et de relais des aidants, apporter un répit et du temps libéré aux aidants, proposer des activités en couple aidant-aidé, proposer des prestations de répit et de sou- tien à l’aidant, à la personne malade et/ou au couple et favoriser le maintien de la vie sociale et relationnelle tant de la personne malade que de son aidant.La proximité de l’accueil de jour de l'EHPAD Emile Pélicand facilite les synergies entre les deux offres, destinées aux aidants et aux personnes malades. La PFAR propose une perma- nence téléphonique du lundi au vendredi en journée ainsi que des plages de rendez-vous dans ses locaux. L'équipe réalise également des visites à domicile. Autant de solutions de soutien que le Répit des Aidants propose de découvrir, ce mardi 6 octobre.

Mardi 6 octobre 2020 de 9h à 17h dans ses locaux : Résidence Emile Pélicand, 10 avenue Louis Jourdan à Bourg-en-Bresse Inscription et port du masque obligatoire.
repit-aidants@ch-bourg01.fr 04 74 47 56 87 sous réserve de l'évolution du contexte sanitaire.


« Ce n’est pas toujours évident d’appeler à l’aide » rencontre avec Laura Jouvent, cadre de santé en charge du Répit des Aidants. 

 

Comment décririez-vous le Répit des aidants ?

Le Répit des aidants est une véritable opportunité à saisir pour tous les proches qui accompagnent des personnes atteintes de maladies neurodégénératives. C’est une plateforme qui accompagne et soutient les proches, leur donne des informations en termes de prise en charge de leur proche à domicile mais qui offre aussi une forme de répit pour souffler, notamment lors des ateliers du mercredi.

Nous avons une psychologue qui réalise des entretiens individuels et collectifs, une assistante sociale qui accompagne sur les démarches sociales, conseille sur des hospitalisations temporaires ou d’autres associations gérontologiques, partenaires du Répit des aidants, et nous avons aussi une assistante en soins gérontologiques qui effectue des rencontres à domicile. La plupart du temps, nous sommes sur des maladies type Alzheimer mais aussi des maladies de Parkinson, de dégénérescence fronto-temporale ou des démences vasculaires.

 

Comment s’organisent les ateliers du mercredi ?

Tous les mercredis pour les aidants, et parfois pour les aidants et les aidés afin qu’ils partagent un moment ensemble, il existe différents types d’ateliers : le yoga du rire pour se détendre, l’atelier cuisine, l’atelier créatif, l’atelier de jeu, de sophrologie, ou encore un atelier de rencontres permettant d’échanger sur des situations avec des personnes confrontés aux mêmes problématiques. Ils peuvent s’inscrire selon leur disponibilité et leur volonté.

Parfois, l’aidant vient seul et l’aidé est pris en charge par une association à domicile ou parfois, ils sont pris en charge dans notre accueil de jourpendant que l’aidant souffle le temps d’une après-midi.

« Un engrenage que l’on tente de stopper »


Quelle est la plus grosse problématique rencontrée auprès des aidants ?

L’épuisement physique et psychologique. Prendre en charge à domicile une personne atteinte de troubles neurodégénératifs, c’est complexe. Parfois, les nuits sont compliquées et les journées difficiles.

Nous sommes une solution d’accompagnement et il faut que les aidants osent franchir le pas. Ce n’est pas toujours évident d’appeler à l’aide,

mais au vu du contexte particulier de la crise sanitaire, c’est d’autant plus important. C’est pour cela que nous organisons la porte ouverte, pourmontrerquel’onexisteetonespèrequeles aidants saisiront cette occasion pour s’informer et même s’inscrire aux ateliers.


Pensez-vous que la situation des aidants soit mieux considérée ces dernières années ?

Oui, on essaie désormais d’aller vers eux pour qu’ils puissent connaitre les différents types d’aides possibles. Au niveau du réseau gérontologique assez agrandi, les associations sont vigilantes à l’épuisement des aidants, qui peut entrainer de nombreuses difficultés dans la prise en charge à domicile. C’est un engrenage que l’on tente de stopper.

 

Le saviez-vous ?

La prévalence de ces maladies est évaluée dans l’Ain à environ 7 300 personnes, et au moins autant d’aidants. Une augmentation de plus de 10% est prévue pendant la décennie 2020/2030.

 



Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces