L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Vie de quartiers à Bourg-en-Bresse - La supérette des Vennes bien ancrée 
dans son quartier


La présence de commerces de proximité est un des piliers nécessaires au maintien d’une vie de quartiers au sein des villes. Certains faubourgs de la cité burgienne pâtissent de la disparition de ces activités commerciales. Aux Vennes, c’est loin d’être le cas. La rue Molière est une rue commerçante, et la présence du marché le dimanche matin, ajoute à son attractivité. à l’autre bout du quartier, boulevard de l’hippodrome, une supérette accueille une clientèle fidèle depuis plus d’un demi-siècle. La crise sanitaire a renforcé sa notoriété.

Est-ce dû à ses origines arméniennes ? Sans entrer dans l’éternel questionnement entre l’inné et l’acquis, on peut affirmer qu’indéniablement Jean Martiros a le goût du commerce, voire même une belle bosse. Après un bac STG section commerce, il obtient une licence Economie de gestion à l’université Lyon III. Ensuite, c’est le grand saut dans le monde commercial pur et dur, d’abord dans une compagnie pétrolière, puis ensuite dans une compagnie d’assurance. Mais, dans un coin de sa tête, Jean avait le projet de tenir boutique, un commerce alimentaire car, dit-il, « c’est un besoin élémentaire qui marche toujours, même dans les périodes de crise ». Il y a 4 ans, après prospection des possibilités sur le territoire de la ville, il a décidé de se lancer, et a acheté la superette des Vennes suite au départ à la retraite des anciens propriétaires. De nombreux atouts en faisaient le meilleur emplacement : un parking extérieur privatif, une surface commerciale suffisante pour proposer une palette très large de produits sans nuire à une circulation interne apaisée, et enfin une clientèle fidèle. Avec méthode, en déployant une énergie et un courage à toute épreuve, Jean Martiros a apporté sa touche personnelle au lieu, qui connait depuis un développement intéressant.


Ambiance familiale et conviviale


La supérette est placée sous la double enseigne Spar et Casino. La première, basée aux Pays-Bas, est un concept de supérette de moyenne capacité, il y en a plus de 900 en France. On ne présente plus la marque Casino d’origine ligérienne, et dont la qualité des produits est reconnue. Jean a bien essayé un temps de développer un rayon de produits à prix discount, mais il n’a pas persévéré car ce n’est pas ce que recherche sa clientèle. Ainsi, sur les 10 mètres de vitrine de produits frais, il propose une gamme issue de producteurs locaux. La viande provient de l’établissement Gesler d’Hotonnes, la charcuterie du Saloir de Saint-Rémy, les produits laitiers de la laiterie d’Etrez, les fromages de la laiterie de Saint-Denis et de petits producteurs, le pain de la boulangerie Petitjean de Péronnas, les vins de Seyssel, bref que des signatures dans leur catégorie, et bien sûr tous les produits de la marque Casino. D’ailleurs, avec la crise sanitaire, la clientèle ne s’y est pas trompée. « Au final, la crise du Covid ne nous a pas apporté beaucoup de clients supplémentaires, mais le panier moyen a augmenté, comme dans toutes les supérettes de France. Les gens ont découvert qu’au niveau des prix il n’y avait pas de différences notables avec les grands supermarchés. Alors, ils ont pris l’habitude de faire toutes leurs courses ici, et pas seulement pour se dépanner ». Pour apporter encore plus de services, outre une plage d’ouverture maximale, Jean a développé de nouveaux concepts, comme la vente de la presse locale, un relais colis, la livraison à domicile à partir de 50 € d’achats. Avec le soutien de Sébastien le boucher, et d’Issa le caissier, Jean cultive une atmosphère familiale qui lui tient à cœur : « On discute et on plaisante avec la clientèle. Les gens prennent leur temps, parlent entre eux. Ils ne se précipitent pas à la caisse pour partir précipitamment. Beaucoup aiment ça, et nous on se régale ». Bientôt, Jean proposera un site web qui favorisera le drive, méthode d’achat qui connait un succès grandissant, comme sa supérette.


Ouverture 7 jours / 7

Du lundi au samedi de 8 h à 19 h 30
Le dimanche de 8 h à 13 h


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces